Vous avez dit …

Prière universelle ?

Dans ce court article, nous verrons ensemble ce qu’est la « Prière universelle », particulièrement sa place dans le déroulement de la messe, et son sens ; nous regarderons ensuite comment elle devrait se dérouler et être composée.

La prière universelle trouve son origine dans cette exhortation de Saint Paul, dans la première lettre à Timothée (chapitre 2, versets 1-4 et 8) :

« Avant tout, j'exhorte donc à faire des supplications, des prières, des requêtes, des actions de grâces pour tous les hommes, pour les rois et tous ceux qui sont constitués en dignité, afin que nous puissions mener une vie calme et tranquille, en toute piété et honnêteté. Cela est bon et agréable aux yeux de Dieu notre Sauveur, qui veut que tous les hommes soient sauvés et parviennent à la connaissance de la vérité. (…) Je veux donc que les hommes prient en tout lieu, levant des mains pures, sans colère ni dispute. »

  1. Qu’est-ce que la prière universelle ?

    Lors de la messe, pendant la partie appelée la « liturgie de la Parole », après que nous ayons récité le Credo (« Je crois en un seul Dieu … »), des membres de l’assemblée vont lire la prière universelle. Celle-ci va conclure la « liturgie de la Parole » avant que ne commence la « liturgie eucharistique » par la préparation des dons, c'est-à-dire le moment où l’on amène le pain et le vin sur l’autel.
    La prière universelle, ou prière des fidèles, est un ensemble de prières que nous adressons à Dieu « pour la sainte Eglise, pour ceux qui détiennent l'autorité publique, pour ceux qui sont accablés par diverses nécessités, et pour tous les hommes et le salut du monde entier » (Concile Vatican II, Sacrosanctum Concilium, n°53), et pour notre communauté alors rassemblée pour la messe.
    Selon le Missel Romain, par la prière universelle, nous « [répondons] en quelque sorte à la parole de Dieu reçue dans la foi et, exerçant la fonction de [notre] sacerdoce baptismal, [nous présentons] à Dieu des prières pour le salut de tous » (Présentation générale du Missel Romain, n°69).
    En effet, avant cette prière universelle, nous avons écouté les lectures tirées de la Bible, qui est la Parole de Dieu. Comme l’affirme Jésus en dans l’évangile de Matthieu (4, 4), la Parole de Dieu est une nourriture (spirituelle) pour nous ; nourris de cette Parole, et aidés, pour mieux la comprendre, par l’homélie du prêtre, nous adressons notre prière à Dieu, après avoir proclamé notre foi en récitant le Credo.
    Si nous pouvons prier ainsi, c’est parce que nous avons un « sacerdoce baptismal ». C'est-à-dire que depuis notre baptême, nous sommes avec et dans le Christ des prêtres, dans le sens où nous pouvons « offrir des sacrifices spirituels, agréables à Dieu, par Jésus-Christ » (1ère lettre de Pierre 2, 5), par la prière, nos occupations,  nos joies et nos peines quotidiennes. Ce sacerdoce baptismal, bien que commun à tous les baptisés, prêtres ou non, ne doit pas être confondu avec le sacerdoce dit « ministériel », qui est le propre des prêtres et des évêques.

  2. Comment se déroule la prière universelle ?

    D’après le Missel Romain, le prêtre invite d’abord l’assemblée à prier. Ensuite, un diacre, un lecteur ou un membre de l’assemblée va à l’ambon (le lieu où sont proclamées les lectures) pour lire les intentions de la prière universelle.
    Il est souhaitable que ce soit une autre personne que le prêtre qui compose la prière universelle ; cela manifeste « [qu'] il s’agit donc bien de la prière du peuple, de l’assemblée, qui intercède pour les besoins du monde et des membres de la communauté » (P. Desthieux, La messe … enfin je comprends tout !, p. 184).
    La composition de la prière universelle doit tenir compte des lignes directrices données par le Missel Romain ; les intentions peuvent être adaptées au contexte de vie de la communauté, et il ne faut pas craindre de prier à des intentions concrètes et particulières.
    Cependant, comme le souligne le Professeur Arnaud Join-Lambert, le travail de composition de la prière universelle « connaît parfois quelques déviations. On contredit la nature de la prière universelle si la communauté ne prie que pour elle-même ; si les intentions deviennent un appel à changer sa propre vie ou à transformer le monde (une prédication morale cachée dans la prière), ou encore si la communauté doit s’associer à des intentions correspondant en fait à des opinions trop personnelles (ou des perspectives unilatérales) du prêtre ou des personnes ayant préparé la messe » (A. Join-Lambert, Guide pour comprendre la messe, p.86)
    De fait, la prière universelle est un moment important lors de la messe dominicale. Comme pour le reste de la célébration, il ne faudrait pas prendre cela à la légère, mais au contraire préparer et vivre ce moment avec foi et attention.
    Entre chaque intention de prière, un temps de silence ou un refrain permettent à toute l’assemblée de s’associer à cette intercession. Une fois que les intentions ont toutes été lues, le prêtre conclut la prière universelle par une dernière prière, qui synthétise en quelque sorte celles qui ont été dites précédemment, et qui reprend toutes celles qui sont restées dans le secret du cœur de chacun.

Alexis Piraux

Bachelier en Théologie

Étudiant en Master en Théologie

Servant de messe à Sainte-Anne