haut parleur

AUDIO 1

haut parleur

    AUDIO 2

 

Chère Amie,

Cher Ami,

Voici quelques jalons de l’itinéraire parcouru jusqu’à ce jour.

Dans un premier temps, nous avons découvert que cet ouvrage avait pour visée de nous révéler : l’action du Christ ressuscité en nos existences « Jésus ‘vient’ nous rejoindre au cœur de notre aujourd’hui ! »

 

Ensuite, nous avons découvert, que la liturgie célébrée sur la terre a, pour seule origine, la liturgie qui se vit au ciel, dans l’Éternité.

Dans un troisième temps, nous avons constaté, que la prière personnelle, constitue, comme « une porte ouverte, vers le ciel, là où se vit la liturgie éternelle ! »
« Voici que je me tiens à la porte et je frappe ! » dit le Seigneur ! » 

Ainsi, même si nous ne pouvons vivre la messe, en ces périodes de quarantaine, il nous est loisible, de recevoir cette liturgie céleste, au lieu même de notre vie intérieure. N’ayons pas peur de brûler du temps pour prier !

Dans un quatrième temps, nous avons perçu que, tel au temps de Jean, l’idolâtrie (prolongée par la doctrine des Nicolaïtes) constituait encore un obstacle pour notre vie intérieure et communautaire.

Arrivés à une cinquième étape, l’apôtre Jean va ouvrir, à notre intention, une autre porte vers le ciel. Ainsi la contemplation, la louange et l’étude des textes de l’Ecriture, deviennent les moyens nous permettant de découvrir la présence du Dieu créateur, en nos vies. Comme au temps du prophète Ezéchiel, le peuple juif ne pouvait plus vivre sa liturgie. Pourtant, la prière et l’étude de l’Ecriture constitue aujourd’hui, comme hier, une porte vers la liturgie de l’Eternité !

Nous avons adopté le point de vue de Sirius. Soit pris de la hauteur, et découvert de nouvelles significations pour notre « aujourd’hui ».

« Le Christ passé par la mort et qui en possède les clés, est capable de mener à la vie éternelle, ceux qui veulent bien marcher à sa suite ! »

Il nous a été donné, dans le cadre d’une liturgie céleste, de découvrir le Christ, qui donne sens à notre histoire. !

La semaine passée, après avoir découvert le livre aux sept sceaux, la vision de quatre cavaliers nous a annoncé les catastrophes, qui depuis toujours, ont traversé notre histoire dès son origine, jusqu’à ce jour.

Aujourd’hui, le Christ ouvre le sixième et le septième sceau : de cette étude il s’ensuit cette conclusion :

 

« Aussi, nous allons découvrir dans cette séquence, de l’ouverture des sceaux, une représentation de la fête de Noel. L’incarnation du fils de Dieu en chair fragile, né pourra assumer l’humanité jusque dans sa souffrance et dans sa mort, afin de révéler son amour des hommes, qui est plus grand que le refus ou le rejet.

Il y a environ 2000 ans, en effet, Jésus a ouvert le sein de la vierge, dévoilant le sens de l’histoire, car c’est à partir de ce jour que nous datons nos événements. Le déferlement de la violence, de la famine, des épidémies, des cataclysmes n’a pas cessé, et notre monde, comme autrefois, demeure en quête de valeurs essentielles, tant qu’il n’a pas placé Dieu au cœur de sa vie. Mais la prière des martyrs et des contemplatifs est toujours aussi présente, et Jésus, qui a été placé dans une mangeoire d’animaux, demeure le pasteur qui nous conduit dans l’intimité du Père. Il brise en nous, les sceaux qui nous empêchent de voir Dieu dans nos cœurs, nos frères ou dans les événements : Noël, c’est l’apocalypse de Jésus vivant qui n’est dans notre monde aujourd’hui »

 

Bonne étude !

A samedi prochain !

Prenez soin de vous !
Union de prières !

 

Abbé Christian TRICOT -

Place de la Sainte-Alliance 8 -

1180 BRUXELLES-