capture21

 

 

Lettre de l’Alliance des 21 et 22 mars 2020

4ème Dimanche du carême - Année A

 

4ème Dimanche de Carême A – 2ème Dimanche CO… (CO comme Confinement, CO comme Covid-19, CO)

« Seigneur, qui a péché ? » (cf. Jean 9 : 2)

Chères sœurs et frères dans la foi,

Comme CO nous empêche de nous retrouver/rassembler comme nous l’avons toujours fait tous les samedis soir et tous les dimanches, je me contente de ce médium pour vous rejoindre là où vous êtes dans votre confinement imposé.

La moindre des choses que je puisse dire en cette période est que l’humanité est éprouvée, très éprouvée par un agent invisible, fort et aveugle qui sévit, qui empêche de respirer, qui empêche de vivre, bref qui tue… Et c’est pendant cette même période, selon le cours normal de notre calendrier liturgique, que l’Église nous invite au dimanche de la Joie. L’évangile du jour, nous présente non seulement un aveugle-né mais surtout une communauté autour de Jésus; une communauté qui veut surtout comprendre l’origine ou la cause du mal, de la souffrance, d’où leur question : « Rabbi, qui a péché, lui ou bien ses parents ? » « Ni lui, ni ses parents, sera la réponse de Jésus. »

Seigneur, nous aussi, nous voulons comprendre certaines choses qui dépassent notre entendement. En tant que croyants, en tant que disciples nous aussi, à qui irions-nous sinon à toi ? Comment pouvons-nous être dans la joie, quand nous sommes confinés à la maison et ne pouvons nous réunir autour de ton Autel très Saint ? Comment allons-nous être dans la joie quand nous apprenons jour après jour que les gens meurent par milliers autour de nous ? Comment pouvons-nous être en joie quand les hôpitaux ne désemplissent pas et manquent même de lits ? Comment allons-nous être dans la joie quand nos frères et sœurs du service de santé n’arrivent pas à avoir une minute de repos, une minute pour leur famille ou bien pour eux-mêmes ? Comment Seigneur…? Comment pourrions-nous…?

Devant toutes ces inquiétudes et beaucoup d’autres bien préoccupantes, seule l’expérience de certains prophètes pourraient nous aider à traverser avec confiance ces moments que nous vivons. La famine et surtout la maladie a déjà, au temps du prophète Élie, causé à l’humanité autant de misère et de peine au point où le prophète se confine dans une caverne comme nous le sommes aujourd’hui dans nos maisons. Mais le Seigneur est venu le chercher dans sa cachette et le renvoie dans la ville en lui redonnant de courage. (cf. 1Rois 19 : 1-20). Dans cette même perspective, J’entends encore mieux, ces autres paroles prophétiques d’Isaïe qui résonnent : « Fortifiez les mains défaillantes, affermissez les genoux qui fléchissent, dites aux gens qui s’affolent : « Soyez forts, ne craignez pas. Voici votre Dieu : c’est la vengeance qui vient, la revanche de Dieu. Il vient lui-même et va vous sauver. » (Cf. Isaïe 35 : 3-4)

Pourquoi ne pas nous approprier ces paroles et être les prophètes de notre temps et redonner aux frères et sœurs qui se désolent, qui se découragent, et d’ailleurs à nous-mêmes, un peu de courage, un peu de confiance mais surtout un peu d’Espérance.

Confiance ! Il n’oublie pas et n’oubliera jamais qu’il est le Berger par excellence qui veille sur son troupeau, Celui dont le bâton guide et rassure ce peuple. (cf. Ps 91)

Il existe encore dans notre Bible, un livre intitulé Job, que celui et celle qui ne comprend rien de ce qui nous arrive en ce moment prenne la peine d'y jeter un coup d’œil.  Courage !

          Jean- Djosir – UP Alliance

 

 

« Si tu me donnais ta lumière, moi je pourrais voir  !   Toutes les choses à ta manière même dans le noir »

Akepsimas

 

 aveugle

Le récit de la guérison de l’aveugle de naissance, dans l’Évangile de Jean, nous révèle une des intentions de Dieu : ouvrir notre regard sur l’invisible.

A travers la guérison de l’aveugle né, Jésus souhaite nous confier son propre regard. Celui de la foi. Guéri par lui, nous pourrons mettre notre confiance en un Dieu qui soulage et relève.

Demandons au Seigneur les « yeux de la foi », cette capacité de voir au-delà des apparences. Ce moyen efficace nous permettant de transfigurer les situations difficiles en bonheur.

Abbé Christian TRICOT, votre curé

 

 

L’Eglise catholique de Belgique suspend toutes les célébrations liturgiques publiques

En raison de l’expansion de l’épidémie du Corona virus, les évêques de Belgique décident ce jour de suspendre toutes les célébrations liturgiques publiques dans notre pays. Cette décision est effective dès ce week-end du 14 mars et restera en vigueur jusqu’au vendredi 3 avril au moins. Les baptêmes, mariages et funérailles pourront se dérouler en cercle restreint. Pour les autres rencontres et réunions pastorales, la plus grande prudence sera demandée. Les églises demeureront ouvertes pour la prière ou la méditation personnelle.

Les évêques appellent les croyants à vivre ce carême comme un temps de prière, de conversion, de partage fraternel, et d’une plus grande attention à autrui. Les textes bibliques habituels de la liturgie continueront à inspirer individuellement ou en famille notre progression vers Pâques.   Les sites web de Cathobel, Kerknet, KTO, RCF, Kerk en Leven, les célébrations en radio-tv, RTBF et VRT, les diffusions en live-streaming pourront y contribuer.

Pour les questions relatives aux conséquences de ces décisions, on s’adressera aux évêchés/Vicariats.

Les évêques expriment toute leur reconnaissance à tous ceux et celles qui mettent tout en œuvre pour arrêter l’extension du Covid19 et qui entourent de leurs meilleurs soins les « personnes atteintes par la maladie.

 

Vivre la communion dans la prière

En cette période de quarantaine, nous allons déployer notre créativité spirituelle.

D’abord, au moment de notre prière du matin et du soir, je vous invite à intercéder les uns pour les autres. En confiant au Seigneur, nos familles et nos proches, mais aussi les communautés de Sainte-Anne, de Saint-Job et de Notre-Dame du Rosaire. Nous n’oublierons pas le personnel soignant dans les hôpitaux.

Je vous invite aussi à téléphoner aux personnes qui ne peuvent se déplacer ou qui résident dans les homes. Bien que ne pouvons plus célébrer l’eucharistie, il nous est loisible de demander au Seigneur la grâce de vivre une communion de désir.

Les églises seront ouvertes en fonction de nos possibilités. Par mesure d’hygiène nous ne pouvons plus donner la communion.

Comme les rencontres sur le livre de l’Apocalypse ont dû être arrêtées, nous allons essayer de les poursuivre d’une autre manière. Vous trouverez ci-dessous un petit texte qui pourra vous éclairer sur les chiffres et les symboles que nous trouvons dans ce livre.

Par la suite, je vous proposerai une méditation sur les Lettres adressées aux sept églises.

Afin de maintenir le meilleur contact possible avec la liturgie, vous pouvez vous rendre sur Google et taper : « L’Evangile au quotidien » ! Vous découvrirez un site qui propose les lectures bibliques de la messe de chaque jour ainsi qu’un commentaire. Il est possible également de s’abonner gratuitement.

Prenez bien soin de vous !

Avec le Père Jean DJOSIR, Abbé Christian TRICOT


Quelques clés pour entrer dans le livre de l’Apocalypse

Lorsque nous ouvrons la Bible, et plus spécialement le livre de l’Apocalypse, nous sommes en présence de chiffres, d’images et de symboles. En ce qui concerne ce dernier ouvrage du Nouveau Testament, nous allons vous proposer quelques clés permettant de saisir le sens de ces images parfois déroutantes. (Je me suis inspiré d’un cours donné par le Père Jean RADERMAKERS SJ en 2007)

Des chiffres qui parlent :

UN :   renvoie à Dieu, l’Unique, le Premier et le Tout, celui qui embrasse l’ensemble du monde et toute la création de A à Z.

DEUX : représente la créature, terre et ciel, jour et nuit, haut et bas, sec et mouillé, mâle et femelle, anges et bêtes, etc.

TROIS : se réfère à l’homme, composé d’esprit, d’âme et de corps (= relation à Dieu, relation à soi-même, relations aux autres et au monde), avec ses trois dimensions dans le temps (passé, présent, avenir). Jésus, Dieu fait homme, nous redit en ces termes l’intimité de Dieu : Père, Fils et Esprit Saint, et, dans l’Apocalypse « Celui qui est, qui était et qui vient ».

QUATRE : qui reprend les points cardinaux de la rose des vents, symbolise la totalité de ce monde, les dimensions de la terre.

CINQ : peu employé dans l’Apocalypse, signifie l’agir divin, comme les 5 livres de la Torah déploient l’action de Dieu dans le monde.

SIX : désigne toujours un manque, une imperfection (6=7-1), aussi le nombre de la bête, finalement impuissante reprend-il par trois fois dans les chiffres six : 666 (Apocalypse 13,18).

SEPT : à l’opposé, signifie la perfection à l’échelle humaine, la totalité de l’histoire (= 3, chiffre de l’homme + 4, chiffre du monde).  Ainsi verrons-nous 7 églises d’Asie, 7 esprits, 7 chandeliers d’or, 7 étoiles, 7 langues, 7 sceaux, 7 trompettes, 7 coupes, 7 anges, 7 visions. C’est-à-dire en raison de son utilisation constante que le livre nous parle des réalités de notre histoire. La moitié de 7 (trois et demi) désigne un temps limité, une période importante ou restreinte (cfr. 8,1 ; 12,14. 11,9–11).

HUIT : dit la perfection absolue. (8 béatitudes chez Matthieu)

DIX : est le symbole de l’agir humain (10 doigts), et NEUF (9) marque une déficience de cet agir.

DOUZE : représente une totalité dans l’ordre de la communauté. 12 tribus d’Israël, 12 apôtres, (12 × 2 = 24 anciens), 12 noms, ou dans l’ordre du temps (12 mois de l’année) et de l’espace (12 portes de la ville, 12 étoiles) …

MILLE : n’est pas un chiffre précis, il signifie une multitude, un grand nombre. Une période de 1000 ans indique un temps indéfini, voire illimité.   Ainsi 12 × 12 × 1000 = 144.000 : ce n’est pas une réduction du nombre des élus mais la proportion incalculable de la communauté humaine promise tout entière au salut. En cela le message de l’Apocalypse constitue une bonne nouvelle.

A suivre…


Logo partage bibliqueUn partage de l’écriture

Notre groupe biblique se réunira dès que la période de quarantaine sera levée !

 

A vos agendas :

Logo catéchèsecatéchèse

Les rencontres prévues le dimanche 22 mars sont annulées.

Elles reprendront dès la levée de la quarantaine, les informations seront communiquées en temps utile.

 

Restez informés de tous les évènements dans l'Unité Pastorale de l'Alliance pour cet automne-hiver 2019/2020, en téléchargeant le programme via le lien ci-après http://nd-rosaire.be/Celebrons.pdf

 

Nos joies et nos peines

Ils ont rejoint la maison du Père :

  • Anne van CUTSEM (veuve), demeurant av. de l’Observatoire, née le 22 août 1925. La célébration des funérailles a eu lieu le lundi 16 mars en l’église Sainte-Anne.
  • Paul HANS, né le 25 novembre 1926 et décédé à Uccle, veuf de Madame Léa VAN DEN EYNDEN. La célébration des funérailles a eu lieu à Sainte-Anne le mardi 17 mars
  • Jean Claude LORMIEZ époux de Madame Marianne SYMONS, né le 28 juin 1953 décédé le 11 mars 2020. La célébration des funérailles a eu lieu le mercredi 18 mars à Ste-Anne.